Publié le Laisser un commentaire

La consommation et production de cannabis récréatif bientôt légale en Suisse?*

Drapeau suisse

« Si la culture de chanvre amène une meilleure marge que la culture de betterave ou de colza, il est clair que les gens vont se lancer sur ce genre de culture. La question de la rentabilité sera déterminante par rapport à ça. »

Michel Darbellay, l’Union suisse des paysans

Les commissions du parlement sont d’accord pour lever l’interdiction en vigueur en Suisse au niveau de la consommation et de la production de cannabis “récréatif”. Le but serait d’assécher le marché noir en rendant la vente de cannabis légale, rapporte la RTS.*

Heinz Siegenthaler, conseiller national du centre, a initié le changement de loi sur le cannabis. L’agriculteur utilise déjà du chanvre légal pour produire de l’huile destinée à l’alimentaire mais il souhaite lever l’interdiction totale.*

Mais cette légalisation serait-elle une opportunité pour l’agriculture suisse ? Au Canada ou en Californie, le cannabis a été légalisé pour assécher le marché noir mais pour Michel Darbellay, de l’Union suisse des paysans, les perspectives restent encore incertaines.*

Un marché en expansion*

En Suisse, 300’000 personnes consomment régulièrement du cannabis à titre récréatif. L’effet recherché par ces personnes se trouve dans la substance de THC. Toutefois, il est interdit de cultiver des plantes qui en contiennent plus de 1% en Suisse.*

Selon Heinz Siegenthaler, la production de cannabis ” n’est pas aussi facile que la culture de pommes de terres ou de betteraves, car on doit protéger les plantes pour que les jeunes ne puissent pas y avoir accès. Mais pour les agriculteurs innovateurs, modernes et qui cherchent quelque chose de nouveau, c’est une chance “. Actuellement, 180 paysans suisses cultivent du chanvre industriel pour produire des fibres, du thé ou du fourrage.*

Légalisation pas toujours suffisante face au marché noir*

” Si la culture de chanvre amène une meilleure marge que la culture de betterave ou de colza, il est clair que les gens vont se lancer sur ce genre de culture. La question de la rentabilité sera déterminante par rapport à ça “, explique Michel Darbellay.*

La marge et le marché sont difficiles à anticiper. Au Canada, où le cannabis récréatif est légal depuis trois ans, on assiste à une surproduction, de grandes entreprises qui rachètent de petits cultivateurs et le marché noir qui reste important.*

* article original

** image

*** ndlr. : –.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.