Publié le Laisser un commentaire

Induction aiguë de l’anxiété chez l’homme par le delta-9-tétrahydrocannabinol lié aux récepteurs amygdalaires cannabinoïdes-1 (CB1)

Scientific Report logo
Désolé, vous n’êtes pas autorisé-e à voir ce contenu. Pour voir les articles médicaux, il  faut vous connecter à votre compte avec privilège.

Sorry, you are not authorized to view this content. To view medical articles, you must log into your account with privilege.

Login

 

NOUVELLE INSCRIPTION / NEW REGISTRATION

Si vous n’avez pas encore de compte avec privilège, il est nécessaire de nous envoyer une demande spécifique par courriel (info@86avenue.ch) après création d’un compte standard. Des justificatifs pourrons vous être demandés, confirmant votre statut de personne impliquée dans le domaine médical. Un privilège sera ensuite attribué à votre profil.

Vous pouvez également remplir le FORMULAIRE D‘INSCRIPTION pour l’obtention du privilège. Ce service est TOTALEMENT GRATUIT.

En vous enregistrant sous votre profil avec privilège, vous pourrez accéder aux articles médicaux et assimilés, ainsi qu’à leurs résumés. Nous regrettons cette situation qui pourrait exposer notre entreprise à des sanctions légales.

 

If you do not yet have a privileged account, it is necessary to send us a specific request by email (info@86avenue.ch) after creating a standard account. Evidence may be requested, confirming your status as a person involved in the medical field. A privilege will then be assigned to your profile.

You can also complete the REGISTRATION FORM for obtaining the privilege. This service is TOTALLY FREE.

By registering under your profile with privilege, you will be able to access medical and similar articles, as well as their summaries. We regret this situation which could expose our company to legal sanctions.

Publié le Laisser un commentaire

Le système endocannabinoïde pour se prémunir contre la peur, l’anxiété et le stress

Désolé, vous n’êtes pas autorisé-e à voir ce contenu. Pour voir les articles médicaux, il  faut vous connecter à votre compte avec privilège.

Sorry, you are not authorized to view this content. To view medical articles, you must log into your account with privilege.

Login

 

NOUVELLE INSCRIPTION / NEW REGISTRATION

Si vous n’avez pas encore de compte avec privilège, il est nécessaire de nous envoyer une demande spécifique par courriel (info@86avenue.ch) après création d’un compte standard. Des justificatifs pourrons vous être demandés, confirmant votre statut de personne impliquée dans le domaine médical. Un privilège sera ensuite attribué à votre profil.

Vous pouvez également remplir le FORMULAIRE D‘INSCRIPTION pour l’obtention du privilège. Ce service est TOTALEMENT GRATUIT.

En vous enregistrant sous votre profil avec privilège, vous pourrez accéder aux articles médicaux et assimilés, ainsi qu’à leurs résumés. Nous regrettons cette situation qui pourrait exposer notre entreprise à des sanctions légales.

 

If you do not yet have a privileged account, it is necessary to send us a specific request by email (info@86avenue.ch) after creating a standard account. Evidence may be requested, confirming your status as a person involved in the medical field. A privilege will then be assigned to your profile.

You can also complete the REGISTRATION FORM for obtaining the privilege. This service is TOTALLY FREE.

By registering under your profile with privilege, you will be able to access medical and similar articles, as well as their summaries. We regret this situation which could expose our company to legal sanctions.

Publié le Laisser un commentaire

La Thaïlande sert une cuisine au cannabis à des clients satisfaits

Flag of Thailand

« Les feuilles de cannabis, lorsqu’elles sont mises dans la nourriture ou même une petite quantité … cela aidera le patient à se remettre plus rapidement de la maladie »*

Pakakrong Kwankao, le chef de projet à l’hôpital

Le «pain qui rit» et la « salade joyeusement dansante » ne sont pas les plats habituels d’un menu en Thaïlande, mais un restaurant espère que sa cuisine infusée au cannabis pourra attirer les touristes étrangers et éliminer le tabou de la feuille récemment légalisée, rapporte l’agence Reuters.*

Le restaurant de l’hôpital Chao Phya Abhaibhubejhr à Prachin Buri a commencé à servir ses propres repas heureux ce mois-ci, après que la Thaïlande a retiré le cannabis de la liste des stupéfiants, permettant aux entreprises autorisées par l’État de cultiver la plante.*

« Les feuilles de cannabis, lorsqu’elles sont mises dans la nourriture ou même une petite quantité … cela aidera le patient à se remettre plus rapidement de la maladie », a déclaré Pakakrong Kwankao, le chef de projet à l’hôpital.*

« La feuille de cannabis peut améliorer l’appétit et faire bien dormir, et aussi être de bonne humeur, de bonne humeur. »*

L’hôpital est connu comme un pionnier en Thaïlande pour étudier la marijuana et sa capacité à soulager la douleur et la fatigue.*

La Thaïlande est devenue en 2017 le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser le cannabis à des fins médicales et a depuis ouvert de nombreuses cliniques de marijuana médicale.

Les plats du restaurant comprennent une bonne soupe de porc, du pain frit garni de porc et d’une feuille de marijuana, et une salade de feuilles de cannabis croustillantes servie avec du porc haché et des légumes hachés.*

« Je n’ai jamais pris de cannabis auparavant, c’est bizarre mais c’est délicieux », a déclaré le restaurant Ketsirin Boonsiri, ajoutant que c’était « assez étrange ».*

Nattanon Naranan a déclaré que le goût des feuilles de cannabis était similaire à celui des légumes de tous les jours, mais que les effets secondaires étaient assez différents.*

« Cela rend ma gorge sèche et j’ai envie de sucreries », dit-elle.*

Le vice-ministre thaï de l’Éducation, Kanokwan Vilawan, a déclaré que la prochaine étape consistait à proposer des plats thaïlandais célèbres pour atteindre un public international.*

« Nous prévoyons d’ajouter plus (de cannabis) aux plats thaïlandais qui sont déjà bien connus, comme la soupe au curry vert, pour augmenter encore plus la popularité de ces plats », a déclaré Kanokwan.*

* article original

** image

*** ndlr. : –.

Publié le Laisser un commentaire

Modulation du traitement cognitif et émotionnel par le cannabidiol : le rôle du cortex cingulaire antérieur

Désolé, vous n’êtes pas autorisé-e à voir ce contenu. Pour voir les articles médicaux, il  faut vous connecter à votre compte avec privilège.

Sorry, you are not authorized to view this content. To view medical articles, you must log into your account with privilege.

Login

 

NOUVELLE INSCRIPTION / NEW REGISTRATION

Si vous n’avez pas encore de compte avec privilège, il est nécessaire de nous envoyer une demande spécifique par courriel (info@86avenue.ch) après création d’un compte standard. Des justificatifs pourrons vous être demandés, confirmant votre statut de personne impliquée dans le domaine médical. Un privilège sera ensuite attribué à votre profil.

Vous pouvez également remplir le FORMULAIRE D‘INSCRIPTION pour l’obtention du privilège. Ce service est TOTALEMENT GRATUIT.

En vous enregistrant sous votre profil avec privilège, vous pourrez accéder aux articles médicaux et assimilés, ainsi qu’à leurs résumés. Nous regrettons cette situation qui pourrait exposer notre entreprise à des sanctions légales.

 

If you do not yet have a privileged account, it is necessary to send us a specific request by email (info@86avenue.ch) after creating a standard account. Evidence may be requested, confirming your status as a person involved in the medical field. A privilege will then be assigned to your profile.

You can also complete the REGISTRATION FORM for obtaining the privilege. This service is TOTALLY FREE.

By registering under your profile with privilege, you will be able to access medical and similar articles, as well as their summaries. We regret this situation which could expose our company to legal sanctions.

Publié le Laisser un commentaire

Nicole Kidman approuve une entreprise américaine de cannabis

Flag of the USA

« Kidman aidera l’unité, Sera Labs, à renforcer ses efforts de distribution multicanal et ses ventes d’une ligne de soins anti-âge et pour ses crèmes et sérums pour le corps anti-douleur. »

Cure Pharmaceutical Holding Corp

L’actrice primée aux Oscars Nicole Kidman s’est inscrite pour promouvoir les produits à base de cannabis pour la société américaine Cure Pharmaceutical, a annoncé mardi la société, la dernière célébrité à approuver la plante pour ses avantages thérapeutiques et anti-douleur, rapporte l’agence Reuters.*

Kidman aidera l’unité, Sera Labs, à renforcer ses efforts de distribution multicanal et ses ventes d’une ligne de soins anti-âge et pour ses crèmes et sérums pour le corps anti-douleur.*

L’actrice sera également « clé dans le développement » de trois produits que la société lancera l’année prochaine, a déclaré Cure Pharmaceutical Holding Corp [CURR.PK].*

Un composé non psychoactif dérivé principalement de la plante de chanvre, le cannabidiol ou CBD, fait l’objet de recherches pour diverses applications médicales et a trouvé une utilisation accrue dans les relaxants et les produits de beauté.*

La demande de CBD et d’autres produits à base de cannabis a grimpé en flèche cette année alors que la pandémie de coronavirus maintenait les gens à la maison, limitant les options de divertissement et augmentant le stress.*

Cependant, les avenues traditionnelles de publicité et de marketing restent interdites en raison des restrictions strictes sur le cannabis, et les entreprises se sont associées à des célébrités pour développer leurs marques.*

Cronos Group Inc a fait appel à l’actrice et auteur à succès du New York Times Kristen Bell pour lancer « Happy Dance », une marque de soins de la peau CBD en octobre.*

Les célébrités ont également sauté dans le train en marche. Le rappeur Jay-Z, le gourou du style de vie Martha Stewart et le chanteur Willie Nelson font partie des célébrités qui se sont associées ou ont lancé leurs propres gammes de produits CBD.*

* article original

** image

*** ndlr. : –.

Publié le Laisser un commentaire

La Chambre des États-Unis vote pour dépénaliser la marijuana au niveau fédéral

Flag of the USA

« Le projet de loi sur le cannabis annulerait les condamnations fédérales en matière de marijuana et imposerait une taxe de 5% sur les produits du cannabis. Les revenus générés aideraient à réinvestir dans les communautés les plus touchées par l’application de la loi. »

Earl Blumenauer, démocrate et coprésident du Congressional Cannabis Caucus

La Chambre des représentants des États-Unis a voté vendredi 4 décembre, la décriminalisation de la marijuana au niveau fédéral, mais la législation ne devrait pas avancer davantage tant que le Sénat restera aux mains des républicains, rapporte l’agence Reuters.*

C’était la première fois que l’une ou l’autre chambre du Congrès votait pour mettre fin à l’interdiction fédérale de la marijuana depuis que la drogue a été répertoriée comme «substance contrôlée» en 1970.*

Quinze États américains et le district de Columbia ont légalisé l’utilisation récréative de la marijuana, et plus de 30 États autorisent une certaine forme de drogue à des fins médicales. Les ventes de cannabis aux États-Unis ont atteint des niveaux records au cours du week-end de Thanksgiving.*

Mais l’interdiction fédérale de la drogue persiste, ce qui crée des conflits avec les lois des États et limite l’accès des sociétés de cannabis aux services bancaires et au financement.*

La Chambre à majorité démocrate a voté 228-164, en grande partie selon les lignes du parti, pour lever l’interdiction fédérale. Mais le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, un républicain, est un opposant au changement, ce qui signifie qu’une proposition de décriminalisation ne verra probablement pas l’action du Sénat à moins que les démocrates ne parviennent à remporter les deux sièges du Sénat de Géorgie et avec eux le contrôle du Sénat lors du second tour des élections du 5 janvier.*

Le projet de loi adopté par la Chambre permettrait aux États de réglementer la marijuana, a déclaré le représentant Earl Blumenauer, démocrate et coprésident du Congressional Cannabis Caucus, lors du débat.*

« Cette loi ne légalise pas le cannabis dans tout le pays. Cela empêche le gouvernement fédéral d’interférer avec ce que les États ont décidé de faire », a-t-il déclaré.*

La représentante républicaine Debbie Lesko a déclaré qu’elle trouvait incroyable que les démocrates parlent de « légaliser la marijuana » au lieu de se concentrer sur le soulagement de la pandémie de coronavirus. « Parfois, je pense que le monde est bouleversé », dit-elle.*

En fait, la Chambre a adopté en mai un projet de loi d’aide aux coronavirus mammouths, mais il n’a pas avancé au Sénat dirigé par les républicains. Des négociations sont en cours sur un projet de loi de compromis plus petit.*

Le projet de loi sur le cannabis annulerait les condamnations fédérales en matière de marijuana et imposerait une taxe de 5% sur les produits du cannabis. Les revenus générés aideraient à réinvestir dans les communautés les plus touchées par l’application de la loi, a déclaré Blumenauer.*

* article original

** image

*** ndlr. : –.

Publié le Laisser un commentaire

Le secteur du cannabis voit un souhait de Noël se réaliser et célèbre deux étapes importantes en une semaine

EIHA logo

« …la Commission européenne conclut que le CBD ne doit pas être considéré comme une drogue et peut être qualifié de nourriture. »

Daniel Kruse, président de l’EIHA

L’Association européenne du chanvre industriel (EIHA) a reçu hier, 2 décembre, une lettre des services de santé de la Commission européenne indiquant que le CBD peut être qualifié d’aliment, rapporte l’EIHA.*

Quelques instants auparavant, l’ONU a reconnu la valeur médicale du cannabis et a accepté la recommandation de l’OMS de le reporter.*

À la lumière du récent arrêt de la Cour C-663/18, la Commission a revu sa conclusion préliminaire sur le cannabidiol, déclarant qu’il ne devrait pas être considéré comme Convention unique des Nations Unies sur les stupéfiants de 1961. Cette percée intervient au moment où la Commission des stupéfiants (CND) des Nations Unies vote pour accepter la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé de retirer le cannabis du Tableau IV de la Convention de 1961, qui était réservée pour les substances aux « propriétés particulièrement dangereuses » et peu ou pas de valeur thérapeutique.*

« Un moment vraiment historique pour l’humanité : les Nations Unies, sur la base des recommandations de l’OMS, reconnaissent la valeur médicale du cannabis et le supprime du Tableau IV de la Convention de 1961. Enfin, l’utilité médicinale du cannabis est officiellement reconnue », déclare M. Daniel Kruse, président de l’EIHA.*

« Après ce vote historique, il convient de souligner que le chanvre industriel et le CBD non médical restent toujours hors du champ d’application de la Convention unique. C’est pourquoi, la deuxième décision de cette semaine est encore plus importante pour notre industrie : à la lumière des commentaires reçus entre autres de l’EIHA et du récent arrêt de la Cour européenne de justice, la Commission européenne conclut que le CBD ne doit pas être considéré comme une drogue et peut être qualifié de nourriture. En tant que président de l’EIHA et en tant que pionnier de l’industrie du chanvre depuis 26 ans, je remercie sincèrement l’ONU et notre commission européenne pour ces cadeaux de Noël absolument géniaux !*

En termes pratiques, la récente déclaration de la Commission signifie que la vérification de la validité de la demande d’aliments nouveaux de l’EIHA a repris.*

« Comme prévu, l’arrêt de la CJCE a eu un effet positif sur la position de la Commission. Maintenant que le CBD peut être qualifié d’aliment, l’application conjointe EIHA Novel Food est parfaitement mise en place pour réaliser l’évaluation de la sécurité et les normes pour notre industrie en pleine croissance. » Déclare Mme Lorenza Romanese, directrice générale de l’EIHA. « Nous saluons également le vote des Nations Unies, qui conduit à une approche scientifique moderne et solide concernant le cannabis en général. »*

* article original

** image

*** ndlr. : –.

Publié le Laisser un commentaire

La commission de l’ONU reclasse le cannabis, qui n’est plus considéré comme un stupéfiant à risque

UN logo

« …le CND a ouvert la porte à la reconnaissance du potentiel médicinal et thérapeutique de la drogue récréative couramment utilisée mais encore largement illégale. »

Commission des Nations Unies sur les stupéfiants (CND)

La Commission des Nations Unies sur les stupéfiants (CND) a pris un certain nombre de décisions mercredi 3 décembre, entraînant des changements dans la manière dont le cannabis est réglementé au niveau international, y compris son reclassement hors de la catégorie de drogues la plus dangereuse, rapporte les Nations Unies.*

En examinant une série de recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la marijuana et ses dérivés, la CND s’est concentrée sur la décision de retirer le cannabis du tableau IV de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 – où il figurait aux côtés d’opioïdes mortels et addictifs. , y compris l’héroïne.*

Les 53 États membres du CND ont voté en faveur du retrait du cannabis – où il était placé depuis 59 ans – des calendriers de contrôle les plus stricts, ce qui décourageait même son utilisation à des fins médicales.*

Avec un vote historique de 27 pour, 25 contre et une abstention, le CND a ouvert la porte à la reconnaissance du potentiel médicinal et thérapeutique de la drogue récréative couramment utilisée mais encore largement illégale.*

De plus, selon les médias, la décision pourrait également conduire à des recherches scientifiques supplémentaires sur les propriétés médicinales longtemps annoncées de la plante et servir de catalyseur pour que les pays légalisent le médicament à des fins médicinales et reconsidèrent les lois sur son usage récréatif.*

Une longue attente*

En janvier 2019, l’OMS a dévoilé six recommandations de l’OMS concernant l’inscription du cannabis dans les traités de contrôle des drogues des Nations Unies.*

Alors que les propositions devaient initialement être votées lors de la session de mars 2019 du CND, de nombreux pays avaient demandé plus de temps pour étudier les avenants et définir leurs positions, selon des informations.*

Parmi les nombreux points de l’OMS, il a précisé que le cannabidiol (CBD) – un composé non intoxicant – n’est pas soumis à des contrôles internationaux. Le CBD a joué un rôle de premier plan dans les thérapies de bien-être ces dernières années et a déclenché une industrie d’un milliard de dollars.*

Actuellement, plus de 50 pays ont adopté des programmes de cannabis médicinal tandis que le Canada, l’Uruguay et 15 États américains ont légalisé son usage récréatif, le Mexique et le Luxembourg étant sur le point de devenir les troisième et quatrième pays à le faire.*

Où ils en sont*

Après le vote, certains pays ont fait des déclarations sur leurs positions.*

L’Équateur appuie toutes les recommandations de l’OMS et demande instamment que la production, la vente et l’utilisation du cannabis disposent « d’un cadre réglementaire garantissant les bonnes pratiques, la qualité, l’innovation et le développement de la recherche ».*

Pendant ce temps, les États-Unis ont voté pour retirer le cannabis de l’annexe IV de la Convention unique tout en le conservant dans l’annexe I, affirmant que cela est « compatible avec la science démontrant que si une thérapeutique dérivée du cannabis sûre et efficace a été développée, le cannabis lui-même continue de posent des risques importants pour la santé publique et devraient continuer d’être contrôlés dans le cadre des conventions internationales relatives au contrôle des drogues ».*

Votant contre, le Chili a fait valoir, entre autres, qu ‘« il existe une relation directe entre la consommation de cannabis et l’augmentation des risques de souffrir de dépression, de déficit cognitif, d’anxiété, de symptômes psychotiques, entre autres », tandis que le Japon a déclaré que l’usage non médical de la plante « pourrait avoir des effets négatifs sur la santé et la société, en particulier chez les jeunes ».*

* article original

** image

*** ndlr. : –.

Publié le Laisser un commentaire

Effets aigus d’une dose orale unique de d9-tétrahydrocannabinol (THC) et de cannabidiol (CBD) chez des volontaires en bonne santé

Current Pharmaceutical Design logo
Désolé, vous n’êtes pas autorisé-e à voir ce contenu. Pour voir les articles médicaux, il  faut vous connecter à votre compte avec privilège.

Sorry, you are not authorized to view this content. To view medical articles, you must log into your account with privilege.

Login

 

NOUVELLE INSCRIPTION / NEW REGISTRATION

Si vous n’avez pas encore de compte avec privilège, il est nécessaire de nous envoyer une demande spécifique par courriel (info@86avenue.ch) après création d’un compte standard. Des justificatifs pourrons vous être demandés, confirmant votre statut de personne impliquée dans le domaine médical. Un privilège sera ensuite attribué à votre profil.

Vous pouvez également remplir le FORMULAIRE D‘INSCRIPTION pour l’obtention du privilège. Ce service est TOTALEMENT GRATUIT.

En vous enregistrant sous votre profil avec privilège, vous pourrez accéder aux articles médicaux et assimilés, ainsi qu’à leurs résumés. Nous regrettons cette situation qui pourrait exposer notre entreprise à des sanctions légales.

 

If you do not yet have a privileged account, it is necessary to send us a specific request by email (info@86avenue.ch) after creating a standard account. Evidence may be requested, confirming your status as a person involved in the medical field. A privilege will then be assigned to your profile.

You can also complete the REGISTRATION FORM for obtaining the privilege. This service is TOTALLY FREE.

By registering under your profile with privilege, you will be able to access medical and similar articles, as well as their summaries. We regret this situation which could expose our company to legal sanctions.

Publié le 3 commentaires

Cannabis : la justice européenne juge illégale l’interdiction du CBD en France

Flag of France

Il ne peut pas être considéré comme un stupéfiant, rapporte l’agence Konbini News.*

La justice européenne a rejeté jeudi 19 novembre l’interdiction du cannabidiol (CBD) en France, en soulignant l’innocuité de cette molécule non psychotrope du cannabis, une décision saluée comme un « camouflet» par les adeptes du chanvre et qui aiguise les appétits économiques autour de cette plante.*

Un flou juridique persiste autour du CBD en France, grâce auquel les autorités ont fait fermer des dizaines de boutiques revendant ce « cannabis light », sans effet euphorisant et prisé pour ses vertus relaxantes.*

Dans un arrêt crucial pour les acteurs du secteur, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a estimé que le CBD n’a « pas d’effet psychotrope, ni d’effet nocif sur la santé humaine », et qu’il « ne peut pas être considéré comme un ‘stupéfiant’ », ni comme un médicament.*

Une décision qui devrait priver de base légale de nombreux procès en France et ouvrir de nouvelles perspectives à l’industrie européenne et française du chanvre.*

La Cour considère les produits contenant du CBD – huiles, tisanes, chewing-gums, cosmétiques, etc. – comme des marchandises qui doivent pouvoir circuler librement dans l’UE. « Un État membre ne peut interdire la commercialisation du cannabidiol (CBD) légalement produit dans un autre État membre lorsqu’il est extrait de la plante de cannabis sativa [chanvre, ndlr] dans son intégralité », selon l’arrêt.*

La CJUE donne ainsi raison à deux pionniers français de la cigarette électronique au CBD, Sébastien Béguerie et Antonin Cohen.*

Les deux entrepreneurs marseillais sont poursuivis pour avoir lancé en 2014 la Kanavape, basée sur une huile légalement fabriquée en République tchèque contenant du CBD extrait de la totalité du cannabis sativa, feuilles et fleurs comprises, alors que la France n’autorise que l’usage des graines et des fibres.*

Après leur condamnation en première instance à 18 et 15 mois d’emprisonnement avec sursis, ainsi qu’à 10 000 euros d’amende, l’affaire a pris une importance européenne en appel. En 2018, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a sollicité l’avis de la CJUE sur la compatibilité de la réglementation française avec celle de l’UE.*

Dans sa réponse aux juges français, qui doivent encore statuer sur le fond, la juridiction européenne estime que l’interdiction de commercialisation du CBD ne saurait être adoptée que si le risque pour la santé publique invoqué par la France « apparaît comme suffisamment établi ».*

« Le plus gros reste à faire »*

« C’est un énorme soulagement, même si ce n’est pas encore fini, a confié à l’AFP Sébastien Béguerie depuis la République tchèque, où il poursuit ses activités liées au CBD. Cette décision nous reconnaît comme des pionniers et des avant-gardistes, pas comme des trafiquants de drogues. »*

« Après une telle persistance de l’État français pour tuer cette industrie dans l’œuf, c’est un énorme camouflet », a estimé son avocat, Xavier Pizarro.*

En soulignant que le CBD ne présente pas d’effet nocif sur la santé, comme le reconnaît l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis 2017, la CJUE « force la main » des juges français, estime-t-il. Il anticipe « des relaxes à la pelle » dans les procédures similaires.*

« C’est un arrêt très important pour l’industrie du CBD en Europe », alors que “la Commission européenne semblait tentée par l’idée de considérer le CBD comme un stupéfiant », estime Eveline Van Keymeulen, l’avocate d’Antonin Cohen.*

La portée de cette décision « va bien au-delà de l’affaire Kanavape », ajoute Yann Bisiou, président de l’association L630, spécialisée dans le droit des drogues.*

L’arrêt valide non seulement l’importation en France du CBD en provenance d’autres pays européens, mais « ouvre aussi les portes du marché aux Canadiens, qui sont des poids lourds de l’industrie du cannabis” et vont profiter du traité de libre-échange CETA pour exporter.*

« Pour les entrepreneurs qui ont envie de développer ce marché en France, c’est un signal extrêmement positif », se félicite le président du Syndicat professionnel du chanvre, Aurélien Delecroix, qui recense quelque 300 boutiques vendant du CBD dans l’Hexagone.*

« Mais le plus gros reste à faire. Le gouvernement doit […] permettre aux agriculteurs de produire du CBD », juge-t-il, en soulignant que la France est le « premier producteur européen de chanvre ».*

Sur Twitter, le président de la mission parlementaire sur le cannabis, Jean-Baptiste Moreau, s’est empressé de réclamer des mesures « pour lancer la production du CBD en France ».*

* article original

** image

*** ndlr. : –.