Publié par Laisser un commentaire

Alors que le ‘Cannabis 2.0’ démarre au Canada, l’industrie est étranglée par un nombre limité de points de vente au détail

Flag of Canada

Un an après la légalisation par le Canada de l’utilisation de marijuana à des fins récréatives, les actions de cannabis ont perdu la moitié de leur valeur marchande et les investisseurs ont parié que le lancement de boissons et d’autres produits à plus forte marmite augmenterait rapidement la valeur des actions, rapporte l’agence Reuters*.

Le cannabis 2.0 – la légalisation des dérivés de la marijuana, y compris les produits comestibles, les boissons, les extraits et les stylos vaporisateurs – entrera en vigueur jeudi, les ventes commençant à la mi-décembre. Bien que cela puisse contribuer à faire fléchir les cours des actions, le facteur crucial pour un redressement est une augmentation significative du nombre de magasins vendant les produits, ont déclaré les investisseurs, les entreprises et les analystes.*

Les cours des actions du FNB Horizons Marijuana Life Sciences Index ont chuté, les revenus des sociétés n’ayant pas répondu aux attentes. Les producteurs de cannabis, les investisseurs et les analystes ont blâmé la réglementation canadienne qui a ralenti l’ouverture de nouveaux points de vente, étranglé les ventes et imposé des coûts plus élevés.*

La banque d’investissement et le cabinet de conseil Seaport Global estiment que le Canada a besoin d’environ 1 055 magasins pour réaliser le véritable potentiel du marché du cannabis.*

Environ la moitié de ce nombre existe actuellement, avec environ 300 de ces magasins en Alberta, où la réglementation est moins stricte que dans le reste du pays, alors que les provinces les plus peuplées, l’Ontario et le Québec, ont pris beaucoup de retard.*

« Nous donnerions probablement un C moins à la première année », a déclaré l’analyste de Seaport Global, Brett Hundley, attribuant à la performance du secteur une note à peine supérieure. La lenteur des magasins « crée un réel problème pour les producteurs canadiens autorisés, car ceux-ci se sont rapidement développés avec des installations de culture et de production et n’ont nulle part où aller », at-il ajouté. Les résultats médiocres des producteurs de cannabis « continueront et pourraient s’aggraver », a averti Hundley.*

Les sociétés de cannabis les plus importantes au Canada, notamment Canopy Growth et Aurora Cannabis, ont enregistré des pertes plus importantes que prévu au cours du dernier trimestre et ont repoussé leurs objectifs de rentabilité, en imputant à leurs malheurs la nécessité de disposer de davantage de magasins pour vendre leurs produits.*

La réglementation relative au nouveau marché des produits à base de marijuana, qui prévoit de limiter chaque colis à 10 milligrammes de THC – le composé psychoactif du cannabis – augmentera les coûts des entreprises, a déclaré Ryan Greer, co-président du groupe de travail national sur le cannabis de la Chambre de commerce du Canada, qui est composé de sociétés canadiennes de marijuana.*

Chaque province étant responsable de ses propres règles et taxes en matière de vente au détail, l’approche fragmentée de la réglementation de l’industrie continuera à augmenter les coûts et à créer des distorsions sur le marché, a déclaré Greer.*

INVESTISSEURS EFFRAYÉS*

Une telle distorsion est évidente dans les prix, les consommateurs payant des prix bien plus élevés pour de la mauvaise herbe légale, selon les experts du secteur.*

« Un niveau d’imposition trop élevé au moment de la mise en place d’un système de consommation légale peut décourager les consommateurs de passer du marché noir au marché légal », a déclaré Cam Battley, directeur général d’Aurora.*

Les défis auxquels le secteur est confronté et les résultats financiers décevants ont effrayé les investisseurs qui s’étaient entassés dans le secteur au milieu de l’euphorie initiale provoquée par la légalisation du cannabis à des fins récréatives le 17 octobre dernier.*

« Maintenant, cette année, les investisseurs examinent de plus près ces sociétés et les gens se disent: « hé, quand allez-vous commencer à gagner de l’argent? » », A déclaré Andrew Kessner, analyste chez William O’Neill & Co.*

L’attitude actuelle des investisseurs reflète la recherche de clarté sur la valeur réelle à long terme de ces sociétés.*

« Dans tous les marchés / industries émergents, on assiste à une exubérance incroyable et à des prix parfois irrationnels », a déclaré Emily Paxhia, cofondatrice de Poseidon Asset Management, spécialisée dans les investissements dans le cannabis. « Les futurs capitaux vont s’attendre à une approche plus prudente. »*

Un investissement de plus de 4 milliards de dollars dans Canopy a conduit le brasseur Constellation Brands à afficher une perte trimestrielle ce mois-ci. Mais le directeur général de Canopy, Mark Zekulin, reste optimiste quant aux perspectives à long terme du secteur.*

« Cela prend beaucoup d’argent en capital, beaucoup d’argent de fonctionnement, pour mettre ces grandes installations à l’échelle », a déclaré Zekulin à Reuters.*

« Mais en fin de compte, » a-t-il déclaré, « le marché du cannabis qui valait plusieurs milliards de dollars et qui existait hier existe encore aujourd’hui. »*

* article original

**image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Les champs avec l'astérique sont requis